A notre demande (SNES, du SNEP et du SNESUP-FSU), nous avons été reçus en audience à propos des problèmes de rentrée à l’ESPE.

En effet, suite à des dysfonctionnements divers au moment des affectations de stagiaires, à l’inter et à l’intra, de nombreux cas restent en suspens.
Du côté des formateurs, ce sont des refus de détachement vers le supérieur ou des refus de cumul d’activité qui empêchent de mettre en place des équipes plurielles (avec des enseignants du secondaire et du supérieur), ce que la réforme impose pourtant.

Lors de l’audience, ont été abordés des cas personnels mais qui posent des problèmes plus généraux. Voici les réponses que nous avons reçues :

Pour les stagiaires

Les FS temps plein auront une formation de 5 à 8 jours, assurée par les formateurs second degré, l’Inspection, les chefs d’établissement. Cette formation pourra comprendre des stages du PAF. Les contenus ne seront pas seulement disciplinaires. Le parcours de chacun sera établi par la commission académique qui se réunira les 11 et 12 septembre.

Les FS mi-temps dispensés de master ou qui en ont déjà un : Un parcours personnalisé sera déterminé par la commission académique. Il s’agira d’un choix de modules de formation pris dans les M2 MEEF. Ces FS ne devraient pas avoir à rédiger un mémoire mais un écrit professionnel plus court, faisant état de leur réflexion sur leur pratique.

Frais de déplacement des FS : Le recteur dit être en attente de la réglementation. Mais ce qui est annoncé est un forfait de 1000 euros / an pour tous le stagiaires qui se rendent en formation à l’ESPE et la possibilité d’un calcul réel si dépassement « dans des cas exceptionnels ». Le rectorat examinera ces cas particuliers. Il faut donc que les stagiaires concernés se signalent rapidement, en écrivant au cabinet du recteur et à la DRH. Contactez le SNES pour connaitre la marche à suivre.

Etudiants affectés sur Poitiers alors que l’ESPE ne propose pas le master qu’ils doivent poursuivre : Le ministère n’a pas mis pas d’opposition pour qu’ils fassent le stage dans une académie et le master dans une autre, si cela ne nuit pas à leur formation ni à leurs conditions d’exercice. Le rectorat va répondre très vite aux stagiaires concernés. Les stagiaires ont déjà fait la demande peuvent relancer par un mail au secrétariat de la DRH et à la DPE1, s’ils n’ont de réponse le 5 septembre.

Cas de FS affectés très loin de leur famille : Le rectorat souhaite surtout éviter risques psycho-sociaux, nous a-t-on dit… mais ne s’avance pas sur une vraie révision d’affectation, tout en disant que ces cas sont suivis, que les services essaient de faire au mieux etc. Bref, une réponse peu satisfaisante. Les courriers pour examen des cas particuliers sont à adresser au secrétariat de Mme Poirier.

Pour les formateurs

Demandes de détachements : Le recteur dit avoir refusé les détachements vers l’ESPE ou l’IUT dans les disciplines où le nombre de profs est insuffisant pour couvrir les besoins dans le seconddaire. En SII, le détachement a été refusé suite à un avis défavorable de l’IPR. Nous n’avons pas été convaincus par cette argumentation.

Demande de temps partiel et/ou de cumul d’activité refusée : C’est la discipline SES qui est la plus touchée, ce qui met en péril la formation MEEF-SES. Nous avons été, semble-t-il compris sur ce point mais n’avons pas eu de réponse ferme. les cas vont être réexaminés.

La nécessité de coonstituer des équipes plurielles de formateurs ne semble pas préoccuper le rectorat…

print