Billet d’humeur : à quand la cohérence ?

2017-09-28T10:46:14+00:00 25 janvier 2015|

Longtemps professeur principal de Terminale, je travaillais en partenariat avec les conseillers d’orientation-psychologues de mon établissement, me tenais informée des évolutions du système post bac, tachais de m’y retrouver dans les méandres d’Admission Post Bac, assistais scrupuleusement aux réunions organisées par les services de l’orientation de l’académie de Poitiers, quand une convocation me parvenait…

C’est là que je découvris un jour le triste palmarès de notre académie : bonne dernière des académies de métropole en matière d’orientation post-bac !

Qu’à cela ne tienne ! Successivement la rectrice Daoust et aujourd’hui le Recteur Moret ont « torpillé » l’offre en CPGE ! La fermeture d’une classe de PCSI et d’une classe d’Hypokhâgne au lycée C. Guérin vient en effet d’être confirmée pour la rentrée 2015. Bien sûr, cela ne se nomme pas « fermeture » mais « réduction de capacités d’accueil » en vue de redéploiements : doux euphémisme qui peine à cacher une réalité autrement plus cruelle pour les étudiants et pour les collègues concernés.

Pour les collègues, commence aujourd’hui la pénible attente d’un poste souvent très éloigné de leur domicile, après des mois déjà à devoir subir incertitudes et tergiversations ! Pour les élèves de notre académie, ce sont autant de perspectives d’avenir qui se ferment à eux, perspectives qui conciliaient, rappelons-le, formation d’exigence et coût modeste d’études, compte-tenu de la proximité des structures. La jeunesse ne serait-elle plus une priorité de notre pays ?

J’ai récemment renoncé à la mission de professeur principal, irritée par des discours qui manquent de la plus élémentaire cohérence, peut-être même de sincérité. Je continuerai par contre à me battre pour une offre cohérente et riche de classes préparatoires dans notre académie, pour le maintien de la diversité des parcours dans le Supérieur  ! Et j’y trouve une raison supplémentaire d’être en grève le mardi 3 février à l’appel de la FSU !

C. Fontaine

print