Vous trouverez ci-dessous notre bulletin spécial N°5 appelant à la grève du 26 janvier 2016.

[gview file= »http://poitiers.snes.edu/wp-content/uploads/2016/01/bulletin-n°5-spécial-grève-26-janvier-.pdf » save= »1″]

bulletin n°5 spécial grève 26 janvier

EDITO : Face au mépris, la grève !

Les dotations sont communiquées aux chef d’établissement, sans l’avis du comité technique académique, au mépris du dialogue social. Qui pourra croire qu’à Poitiers on fera mieux que partout en France en dotant les collèges au-delà des consignes gouvernementales et les lycées en proportion de l’augmentation des effectifs ? L’enfumage, nous en avons hélas l’expérience. On nous annonce 55 ETP supplémentaires, le compte n’y est toujours pas ! Le bilan depuis 2007 est de moins 436 ETP !

«Aucune discipline ne perd aucune heure» a osé dire la ministre mercredi 13 janvier sur France Inter. Les professeurs de Lettres Classiques qui voient fondre leur horaire de langues anciennes, ceux de Technologie qui perdent le dédoublement en 6ème et la possibilité d’intervenir en DP3 mais aussi ceux de SVT ou de Langues Vivantes ont été sidérés à l’audition d’un tel mensonge.

La réforme du collège continue à être rejetée par une grande majorité des enseignants et CPE. Les formations-formatages qui ont commencé le 4 janvier dans notre académie montrent bien les dérives dont elles s’accompagnent : dispositifs vides de sens, programmes impraticables, concurrence entre établissements, particulièrement entre public et privé… L’autoritarisme dont a fait preuve le recteur pour obliger les collègues à y participer est un mépris de plus.

Le bilan de la réforme Chatel des lycées est sans cesse repoussé, de crainte qu’il ne révèle la vérité sur l’accompagnement personnalisé et la pseudo interdisciplinarité des enseignements d’exploration. Et la ministre refuse de recevoir les organisations syndicales qui contestent ses réformes…

Devant un tel jeu de dupes, l’intersyndicale second degré est restée unie et a décidé d’une nouvelle journée de grève le 26 janvier, seul moyen de faire plier une ministre qui a perdu toute crédibilité.

L’intersyndicale de la fonction publique rejoint cette journée d’action sur les revendications communes aux agents des services publics : emploi, salaires et carrières.

En montrant notre détermination et notre unité, nous pouvons faire plier ministres, recteurs et petits chefs de tous bords.

Soyons tous en grève et manifestons le 26 janvier.

Magali Espinasse et Alain Héraud

Quelques vérités sur les lycées

Les rapports de l’inspection générale sont souvent de saines lectures ! «Des facteurs de la valeur ajoutée des lycées», paru en juillet 2015, offre en plus quelques réjouissances. Les IG ont cherché à savoir si des «indicateurs» pouvaient permettre de détecter ce qui fait qu’un lycée favorise la réussite des élèves.

Cohésion et cohérence : les clés de la réussite

Les IG ont visité 71 LGT et LP et sont arrivés à une conclusion plutôt logique : «la mission n’a pas dégagé un facteur qui l’emporterait sur tous les autres. L’idée d’un facteur clé ouvrant à la réussite ne lui parait pas pertinente». Ils ajoutent même qu’il est impossible de définir un ensemble de facteurs qui fonctionneraient toujours.

Mais ils ont tout de même observé certains éléments déterminants : la cohésion des équipes (direction, enseignants, vie scolaire) et la présence de sections post-bac (STS, CPGE). Quand le travail scolaire demandé aux élèves est exigeant, la réussite est plus facilement au rendez-vous : «Grâce à une sécurité assurée, à un cadre de vie au lycée formalisé, expliqué et respecté, les élèves expriment souvent leur satisfaction de pouvoir se consacrer à leur travail scolaire.»

Le rôle de la direction est pointé du doigt ; c’est elle qui est responsable de la cohésion des équipes ou au contraire de l’incohérence du fonctionnement : «Dans les lycées à valeurs ajoutées positives visités, la mission a le plus souvent pu dialoguer avec des équipes de direction réellement constituées autour du chef d’établissement dans lesquelles la réflexion était conduite de manière collaborative, s’enrichissant des expériences et des regards des uns et des autres. (…) Dans ces situations, les messages portés au sein de l’établissement, qu’ils s’adressent aux enseignants, au pôle vie scolaire ou aux élèves, sont particulièrement cohérents.»

Non à la profusion de projets

Cette cohésion n’est pas à confondre avec un «travail d’équipe forcé» ou avec une profusion de projets, comme nous y incitent les réformes successives : «L’existence de nombreux projets dans un établissement peut passer pour un signe de dynamisme et être la marque de fortes initiatives. Pourtant, les projets produisent nettement des effets contrastés selon qu’ils sont coordonnés ou non. Ainsi la mission a souvent observé dans les lycées à valeurs ajoutées négatives, une abondance d’énergie, de richesses culturelles et humaines et de potentiels de réussite peinant à se fédérer». Cela devrait être médité par le ministère qui impose au collège une réforme qui va accentuer ces risques d’incohérence.

Le rapport souligne d’ailleurs : «Les visites effectuées à l’occasion de cette mission dans les lycées confirment cependant l’érosion rapide des dispositifs résultant de la mise en oeuvre des réformes». On boit du petit lait ! D’autant qu’on lit ensuite le même constat d’insuffisance en ce qui concerne «l’innovation» et le numérique : «l’outil numérique et a fortiori la culture numérique ne sont quasiment jamais cités comme un levier de réussite.»

Les facteurs de dysfonctionnement

Les lycées qui «ne fonctionnement pas bien» sont généralement ceux dont les chefs changent souvent, sont absents ou ne manifestent pas de confiance envers les personnels. Le manque de communication entre enseignants et vie scolaire y est aussi constaté. Le rapport souligne les difficultés éprouvées dans un lycée de centre ville : «les enseignants parlent d’image perdue », les CPE observent que «plus que de vrais problèmes, comme partout, il y a surtout une nostalgie des professeurs». «La mission a constaté un clivage assez net entre d’une part les établissements que l’on pourrait qualifier de «nostalgiques» (…) et d’autre part, les établissements qui, au contraire, accueillent les élèves comme ils sont, sans jugement de valeur». En réalité, on peut penser que la réforme Chatel a déstabilisé les équipes dans ces lycées qui fonctionnaient sans problème jusque là mais les IG ne vont pas jusqu’à ce degré d’analyse !

Les profs (bien) vus par les élèves

Dernière satisfaction que l’on doit savourer : «La mission a rencontré de très nombreux élèves. (…) Or il a été frappant de constater à quel point leur discours sur les professeurs était positif, quels que soient l’établissement et les résultats. (…) Soulignons que de très nombreux adultes tiennent le même discours. (…) On constate donc un discours quasi unanime : l’implication et l’investissement des professeurs sont soulignés partout et par tous.»

M.E

 

Le recteur prévoit une grève massive le 26 janvier

es stages de formation sur la réforme du collège initialement prévus le mardi 26 janvier ont été avancés ou reportés, certains le mercredi, ce qui les rend encore moins acceptables pour les collègues concernés. Nos chefs d’établissement les plus zélés ont pris soin de choisir pour chacun le jour où il n’avait pas cours. La formation hors du temps de travail, c’est la consigne !

A la question posée lors d’un stage, les formateurs sont-ils en grève le 26 ?, l’IPR de lettres a répondu «non». Habitués jusqu’ici à voir les stages du PAF maintenus les jours de grève, cette situation nouvelle nous inspire deux remarques :

a Le choix est clairement fait d’augmenter le nombre de cours non assurés, 1 jour de grève + 1 jour de stage.

a Le recteur n’est pas joueur ! Il n’a pas voulu mesurer l’attractivité des stages «accompagnement personnalisé» face à un appel au refus de cette réforme.

 

Combien ça coute ?

Après le séminaire d’automne à La Rochelle, les enseignants formateurs déchargés et remplacés, les frais de déplacement, le budget du rectorat serait-il sans limite ?

Le recteur a fait le choix de mobiliser tous les IPR pour la formation. Les retards d’inspection vont augmenter et des collègues seront pénalisés pour leur promotion. Cette fois, la facture est pour les personnels !

 

Le jour du stage…

Non seulement le contrôle des présents est fait (n’oubliez pas de signer la liste d’émargement) mais les ordres de mission sont ramassés pour soi-disant rembourser plus facilement les frais de déplacement. Les cartes d’identité ne sont pas demandées, pour l’instant !

Stage formatage ? Nous avons pu observer que ce sont surtout les formateurs qui ont été formatés.

S’il y a une coquille dans la formation, c’est une coquille vide. On nous explique qu’il faut faire ce que nous faisons déjà ! La conclusion est limpide : la réforme aussi est une coquille vide.

Lorsque la ministre a annoncé sa réforme, elle argumentait sur «les élèves s’ennuient au collège» : en stage nous avons révisé l’ennui !

Alain Héraud

 

Formations-formatages: la résistance continue !

http://poitiers.snes.edu/formation-college-un-vide-insondable/

http://poitiers.snes.edu/materiel-operation-grains-de-sable/

Rénovation des salles de sciences en collège :

le rectorat impose dans le cahier des charges de passer de 24 à 30 places !

La Commission Administrative Académique appelle à voter contre les répartitions de DGH en collège et lycée.

 

Carte des langues :

  • – 71 bilangues dans les collèges publics mais les collèges privés annoncent le maintien des bilangues.

Tableau ici

 

Calendrier de janvier à mars

Mouvement Inter :

GT barèmes-voeux :

– mardi 19 janvier : COP

– mercredi 20 janvier : CPE

– jeudi 21 janvier : agrégés, certifiés, pegc.

FPMN d’affectation :

du mardi 2 mars et vendredi 11 mars.

CAPA avancement d’échelon :

– lundi 18 janvier : CPE

– mercredi 20 janvier : certifiés

– jeudi 28 janvier : PEGC

19 janvier : CTA

Du lundi 4 janvier au mercredi 27 janvier : saisie des candidatures pour les listes d’aptitude d’accès au corps des agrégés et des certifiés.

Du 25 janvier au 7 mars : campagne de notation administrative

26 Janvier : GRèVE

Avant le 6 février : dépôt des demandes de temps partiel

CONGRES ACADEMIQUE : mercredi 9 et jeudi 10 mars à Saintes.

CAPA liste d’aptitude, congé de formation professionnelle, congé mobilité, réadaptation :

– lundi 14 mars : CPE ; certifiés

– mardi 15 mars : PEGC

– mercredi 16 mars : agrégés

Mouvement intra :

Saisie des voeux sur SIAM du jeudi 17 mars au jeudi 31 mars.

print