CAPA et dialogue social : une dégradation déjà à l’œuvre

2018-06-10T11:07:25+00:0010 juin 2018|

Un calendrier non tenu

Le calendrier des CAPA ne cesse de bouger, de reports en annulations : voir l’article http://poitiers.snes.edu/promotions-modifications-de-calendrier/

Certes, cette année, le nombre de CAPA est plus important que les années précédentes, en raison notamment de l’ajout d’une promotion : l’accès à la classe exceptionnelle. Ainsi, il est facile de rendre PPCR responsable des dysfonctionnements, ce dont FO ne se prive pas toujours ! Mais c’est une analyse non seulement erronée mais stupide. Allons-nous nous plaindre d’avoir un nouveau débouché de carrière ? D’avoir la perspective de finir la carrière à un indice supérieur ? Évidemment, non !

La raison est plutôt la désorganisation des services rectoraux en raison d’un nombre insuffisant de personnels, d’un management inefficace (voire toxique), des publications tardives dessertes règlementaires par le ministère.

Plus rien ne va !

Les couacs et bourdes se multiplient au rectorat, preuves du mépris dans lequel sont tenues les instances de dialogue social.

Mais ne nous trompons pas de cible ! Les personnels du rectorat n’y sont pour rien. Ils en sont même victimes puisqu’ils subissent une surcharge de travail et une pression hiérarchique accrue. Lors de l’ouverture des commissions du mouvement intra académique, le SNES-FSU a fait une déclaration liminaire dans laquelle les vrais responsables sont désignés :

« Tout a été fait cette année pour empêcher les personnels de la DPE comme les commissaires paritaires de travailler dans de bonnes conditions pour assurer l’égalité de traitement et la transparence des opérations de carrière : réformes en cascade, circulaires ministérielles arrivant au dernier moment ou en retard, contingents non communiqués dans les temps, etc. Une pression intolérable a ainsi été mise sur les personnels des services que l’on voit aujourd’hui épuisés tant physiquement que moralement.» (voir http://poitiers.snes.edu/declaration-liminaire-en-ouverture-de-la-fpma-le-7-juin-2018/)

CAPA des CPE : le rectorat franchit le mur du çon !

Face à l’impossibilité de la lecture des avis du recteur sur i-prof, pour l’accès à la classe exceptionnelle, tant par les intéressés que les commissaires paritaires, le SNES-FSU a demandé et obtenu le report de la commission paritaire académique classe exceptionnelle, la veille de la date prévue depuis des mois. Nous pouvons admettre que quand l’informatique ne veut pas fonctionner, le report soit la meilleure solution. Pourquoi faut-il que ce soit le SNES qui le demande ? Les chefs de  service au rectorat n’auraient-ils pas pu eux même décider de cet ajournement ? 

Nous en serions restés là, c’était une occasion de grogner une fois de plus sur les retards de l’administration sur la tenue des instances et l’information aux collègues concernés. Mais nous n’avions pas vu le meilleur : un petit « clic » informatique pour mettre une grande claque au paritarisme. Le 1er juin, est apparu sur I-prof, la liste des promus, alors que la CAPA ne s’était pas tenue ! 

Une collègue syndiquée et attentive a alerté le SNES, le SNES a alerté le rectorat et le document a été retiré. Quelle explication crédible nous donnera-t-on ? C’est l’ordinateur, un malheureux oubli, une expérimentation du projet gouvernemental pour les CAPA ? Dans tous les cas ce qui s’est produit est inacceptable. La capa classe exceptionnelle CPE est reportée au 26 juin….si tout va bien.

Dans ce contexte, la priorité est bien de de se mobiliser en faveur du paritarisme en signant la pétition FSU (http://fsu.fr/Petition-pour-le-respect-de-nos-droits-PAS-TOUCHE-AUX-CAP-ET-CHSCT.html) et de faire campagne pour le SNES et la FSU en vue des élections professionnelles de décembre 2018.

print