«

»

Jan 20

Compte-rendu du CTA du 19 janvier 2016

  1. Budget 1er degré

La priorité au 1er degré se poursuit sur le plan national comme académique. Ainsi la baisse d’effectif (-923 élèves) s’accompagne d’une augmentation du nombre de postes (+40).

La répartition dans les 4 départements de l’académie se fait selon des critères qui ne nous ont pas été explicités, malgré nos demandes :

Département Prévision effectifs 2016 Variation effectifs 2016-2015 Postes supplémentaires
16 28027 -224 5,5
17 50278 -439 9,5
79 29342 -178 6
86 35714 -82 7

 

  1. Budget 2d degré

Collèges : Une baisse d’effectif de 303 élèves est prévue, avec des variations importantes suivant les départements.

Département Variation effectifs 2016-2015
16 -34
17 -243
79 346
86 -372

→ Le recteur confirme qu’il a fait le choix de maintenir les emplois sur le « budget » collèges de l’académie. La marge horaire par division accordée par le recteur à tous les collèges est de 3h (au lieu de 2h45 préconisées par la ministre).

→ Le document du CTA contient cette phrase ambigüe : « hors effet démographique, maintien du H/E à son niveau de janvier 2015. » Cela n’assure en rien que la DGH de 2015 soit maintenue partout…

→ Le taux d’HSA semble en légère diminution mais c’est un leurre. Plusieurs tâches qui étaient jusque là rémunérées en HSA se retrouvent dans la case IMP. La charge de travail réelle par enseignant est donc en augmentation.

• SEGPA : Le rectorat prévoit 165 élèves de moins mais cela n’affectera pas les emplois, ce dont on peut se réjouir.

LP : La baisse d’effectif prévue de 107 élèves est sanctionnée par une perte de 10 emplois, qui fait suite aux suppressions de l’an dernier. L’attention affichée du ministère pour l’enseignement professionnel a des effets bien étranges dans l’académie…

• LEGT : L’augmentation d’effectif est importante : +1157 élèves, mais aucun détail par département ne nous a été donné ! Le rectorat a décidé d’abonder le budget de 86 emplois en prenant les moyens sur la dotation académique accordée par le ministère (+55), les 10 emplois prélevés sur les LP et 21 autres dont on ne sait pas trop d’où ils viennent (« sous-consommation annuelle structurelle » notamment…). Impossible de savoir dès maintenant comment cela se traduit dans les DGH des établissements puisque le recteur a refusé de nous transmettre le tableau récapitulatif de ces DGH. Ce ne serait pas « l’usage » !

S’ajoutent aussi au budget :

→ +63 emplois pour les remplacements mais là aussi on ne sait pas d’où ils viennent…

→ Un nombre de stagiaires attendus à la baisse (250 pour le 2d degré, LP compris).

→ 70,5 emplois sont dévolus aux « missions » diverses. Nous en avons demandé le détail et nous l’aurons peut-être…

→ Un total de 74 emplois pour les postes adaptés (en légère augmentation) et 18 pour les congés formations.

Lors du vote sur ce budget, la délégation FSU s’est abstenue (comme la représentante SNALC), compte-tenu des quelques avancées enregistrées pour le 1er degré, la marge de 3h en collège, les 86 emplois de plus pour les lycées. Mais l’ensemble reste insuffisant pour améliorer les conditions de travail, surtout en LP (le représentant CGT a voté contre, comme celui du SNETAA). Seuls les élus SGEN et UNSA ont voté pour (3).

  1. Carte des formations

La carte présentée comporte très peu d’opérations : des maintiens d’expérimentations en LP et 3 ouvertures de spécialités SIN en série S. Nous avons demandé s’il y avait des fermetures. Réponse : Il y en a ; il s’agit de « suite d’opérations » des années précédentes, vous n’avez qu’à regarder vos documents de 2014 et 2015 !!! Rien notamment sur les CPGE qui ferment pourtant bien à La Rochelle comme à Poitiers…

  1. Carte des langues vivantes

La carte des bi-langues en collège a fait l’objet d’un nettoyage au kärcher, en application de la réforme du collège. Si le chinois est préservé (les 4 bi-langues existantes sont maintenues) ainsi que l’italien (1 seule existante), l’allemand en perd 53 sur 78 (68%) et l’espagnol 18 sur 22 (82%).

A nos objections, il est répondu que la carte n’est pas définitive, il faudra examiner les choix que font les familles et ajuster. Mais on peut craindre que l’ajustement occasionne plus de nouvelles fermetures que d’ouvertures…

Contrairement à ce qui apparaissait dans le document de la commission LV, la LV2 est maintenue ou ouverte chaque fois que la bi-langue existe. Mais rien ne dit que cela permettra la création d’un groupe d’allemand en plus dans les collèges concernés. Il se pourrait que les groupes de 5ème mélangent des débutants LV2 avec des ex-6èmes bi-langue. La vigilance s’imposera.

3 ouvertures de sections binationales bachibac (espagnol) ont été demandées par le rectorat, pour la Charente, les Deux-Sèvres et la Vienne. La réponse n’est pas encore arrivée du ministère mais un inspecteur général d’espagnol a donné un avis négatif. A suivre…

  1. Questions diverses

Indice de rémunération des AESH : le rectorat ne rémunère pas les AESH en CDI conformément à la réglementation. Le SNES-FSU demande depuis plusieurs mois la régularisation. La réponse a enfin été donnée lors du CTA : le rectorat va se mettre en conformité et les AESH en CDI seront rémunérés à l’indice 322 à partir du 1er janvier 2016 (avec rattrapage depuis 2014 pour ceux qui étaient déjà en CDI à cette date).

Cette victoire est à mettre au titre du SNES-FSU et des AESH syndiqués qui nous ont alertés sur ce dysfonctionnement.

Formation des maitres : Devant l’épuisement de nombre de stagiaires et l’alourdissement de leur charge de travail, nous avons demandé la tenue d’une groupe de travail (GT) sur les conditions de formation à l’ESPE. Le recteur a mis sa réponse en attente… Selon lui, il n’y aurait pas de problème particulier et les relations seraient excellentes entre le rectorat et l’ESPE !

Partager sur :Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someoneShare on Facebook15Pin on Pinterest0Share on Tumblr0Share on StumbleUpon0Share on Reddit0