Groupe de travail sur l’accès à la classe exceptionnelle – 5 décembre 2018

2017-12-05T22:11:59+00:00 5 décembre 2017|Mots-clés : |

La publication des circulaires « classe exceptionnelle » pour la première campagne (promotion rétroactive au 1er septembre 2017) est imminente…

Qui est concerné·e ?

La classe exceptionnelle ne concerne que les collègues déjà hors classe : ceux et celles qui ont exercé des fonctions particulières (1er vivier1) et ceux et celles qui sont au dernier échelon de la hors classe (2ème vivier2).

Remarque : des collègues peuvent être éligibles au titre des deux viviers. Dans ce cas, nous leur conseillons de faire acte de candidature au titre du 1er vivier, pour le second vivier, l’inscription est automatique.

Les agents en congé parental ne sont pas éligibles à la promotion, contrairement à ceux en CLM (congé longue maladie). Le rectorat précise qu’une attention particulière sera portée pour que cette situation médicale ne les pénalise pas.

Comment faire ?

Tous les collègues éligibles au titre des 2 viviers vont recevoir un message i-prof  leur indiquant la marche à suivre. N’oubliez pas de surveiller votre boite académique !

Le service SIAE sur I-prof sera ouvert du 8 au 22 décembre pour les collègues qui souhaitent candidater à la classe exceptionnelle, dans le cadre du 1er vivier. Ils doivent, dans ce délai, se connecter à I-prof pour compléter leur CV et renseigner la fiche de candidature.

Dans cette période, les collègues éligibles au titre du 2ème vivier pourront aussi compléter leur CV sur I-prof ; ils sont cependant automatiquement éligibles, sans avoir à faire acte de candidature.

Les candidats au premier vivier devront imprimer le CV et la fiche de candidature pour transmettre ces documents au secrétariat de leur établissement avec les pièces justificatives. Charge au chef d’établissement de transmettre ce dossier au rectorat. Et charge au collègue d’en transmettre une copie à son syndicat, afin que sa candidature soit suivie en CAPA.

Pièces justificatives (1er vivier seulement) :

  • Éducation prioritaire : les arrêtés d’affectation et/ou les bulletins de salaire si une indemnité REP a été perçue.
  • Supérieur : arrêtés d’affectation
  • DCIO : arrêté d’affectation
  • Toutes pièces justificatives qui peuvent attester d’une fonction particulière

ATTENTION !

    • C’est l’affectation dans le supérieur qui est nécessaire et pas l’exercice. Un·e collègue qui fait son service en BTS (ou en CPGE) mais n’est pas affecté·e sur un poste spécifique BTS ou CPGE n’est pas éligible au titre du 1er vivier.
    • Il risque d’être parfois difficile de vérifier le classement en éducation prioritaire d’un établissement hors académie, surtout si l’affectation est ancienne. Donnez tous les éléments dont vous disposez, y compris aux commissaires paritaires de votre syndicat !
    • Les 8 années de fonctions particulières ne sont pas nécessairement consécutives et peuvent se calculer  en « mixant » des fonctions différentes. Par exemple, 4 ans en éducation prioritaire, puis 4 ans en CPGE.
    • La durée accomplie dans les fonctions éligibles est décomptée pour une année scolaire et seules les années complètes sont retenues
    • Les services à temps partiel sont comptabilisés comme des services à temps plein.

Le rectorat vérifiera entre le 22 décembre et le 22 janvier la recevabilité de la candidature. Les candidat·es au 1er vivier dont la candidature n’est pas recevable seront prévenu·es par mail.

Que vous soyez candidat·e au titre du premier ou du second vivier, n’hésitez pas à renseigner votre CV avec toutes les activités que vous avez accomplies. Il se peut que dans les années à venir, l’exercice dans le post-bac, par exemple, suffise à être éligible au titre du 1er vivier. C’est un combat que nous mènerons.

Sur quels critères se fait la sélection des promus (ou des proposés, pour les agrégés) ?

L’avis de la rectrice est (hélas) prépondérant dans le barème. Cet avis se fonde sur les appréciations des IPR-IEN et chefs d’établissement. Mais contrairement à ce qui se passait pour la hors classe, ceux-ci rédigent une appréciation littérale, qui n’est pas assimilable à un barème. L’interprétation de cette appréciation par la rectrice sera donc très importante.

Les IPR-IEN et chefs d’établissement auront la possibilité de rédiger ces appréciations pour les deux viviers, dès la fermeture du serveur, donc avant la vérification de l’éligibilité au titre du 1er vivier.  Ces appréciations doivent porter sur l’ensemble de la carrière et non sur l’année en cours ou la dernière période. Les candidats pourront consulter sur I-prof ces appréciations littérales à partir du 22 janvier. C’est le moment où ils pourront faire appel aux commissaires paritaires de leur syndicat pour signaler un éventuel problème.

La rectrice devra établir la liste des promu·es (ou des proposé·es, pour les agrégé·es) en tenant compte de la proportion femmes-hommes et de l’équilibre des disciplines. Nous avons obtenu que le calcul de cette proportionnalité se fasse en référence à la somme des candidats des deux viviers.

Les commissaires paritaires de la FSU et de la CGT Éduc’action veilleront tout particulièrement au respect de ces règles.

La DRH nous a indiqué que serait laissée la possibilité de repousser le départ en retraite en cas de promotion, comme on le fait déjà pour la hors classe.

Magali Espinasse (SNES-FSU) – Bertrand Verhaeghe (CGT Éduc’action)

————–

1. 1er vivier : collègues au moins au 3ème échelon de la hors classe (ou au 2ème pour les agrégé·es) et qui peut faire état de 8 ans dans une fonction particulière ou en éducation prioritaire.

2.  2ème vivier : tous les collègues au 6ème échelon de la hors classe (ou ayant au moins 3 ans d’ancienneté au 4ème échelon de la hors classe pour les agrégé·es).

print