Les CAP, qu’est-ce que c’est ?

2018-06-10T10:36:47+00:00 10 juin 2018|Mots-clés : |

Les CAP sont les « Commissions Administratives Paritaires »… mais encore ?

Tous concernés

Mutation, avancement, passage à la hors classe ou à la classe exceptionnelle, congés formation, détachement, accès au corps des agrégés par liste d’aptitude, postes adaptés, affectation des TZR ou des contractuels… toutes les opérations de carrière sont concernées par les CAPA et CAPN. Loin d’être des chambres d’enregistrement, les CAP sont le lieu de nombreuses corrections du projet initial de l’administration. Les commissaires paritaires du SNES-FSU effectuent le travail de préparation colossal qui permet de repérer de manière systématique les erreurs de l’administration. Il s’agit aussi de lever des incompréhensions, de réparer des injustices, d’harmoniser les pratiques entre académies.

Le paritarisme : un enjeu démocratique

Ce travail est, certes, rendu possible par le nombre des élus SNES-FSU, majoritaires. Mais il est surtout le reflet de la conception du paritarisme propre au SNES-FSU : les élus SNES-FSU représentent l’ensemble de la profession. Le travail mené en CAPA porte sur l’intégralité des collègues concernés. Les collègues syndiqués ont bien sûr accès à des informations supplémentaires (barres, envoi systématique aux syndiqués des résultats les concernant), mais le travail syndical des élus SNES-FSU ne se résume pas à la vérification et la communication des résultats des syndiqués.
Le paritarisme est pour le SNES-FSU un élément clé de l’action syndicale : à travers les actions menées en CAP, les élus du SNES-FSU défendent les garanties liées à notre statut d’agents de la fonction publique d’État, en veillant à la transparence et à l’égalité de traitement. L’action des élus du SNES-FSU est politique et revendicative, au grand dam de ce gouvernement. Nombreux sont les exemples, ces dernières années, d’avancées obtenues de haute lutte par les commissaires paritaires du SNES-FSU dans l’académie.

Fonction publique attaquée

L’objectif est clair : mettre à mal le statut de fonctionnaire, ouvrir la porte à l’arbitraire et l’opacité, soumettre l’individu au fait du prince, réduire les capacités d’action des syndicats. Le paritarisme, garant des principes fondateurs de la Fonction Publique, est ainsi foulé aux pieds par un gouvernement qui confirme sa volonté de démanteler toutes les protections collectives et le modèle social français.

Si ce n’est encore fait, signez la pétition FSU : http://poitiers.snes.edu/lettre-ouverte-au-recteur/

print