Un écran de fumée qui ne doit pas nous duper !

Voilà des semaines maintenant que le gouvernement joue au chat et à la souris sur ce dossier alors même que la réforme des retraites constitue la réforme-voute de sa seconde partie de mandat. La nomination de Delevoye au conseil des ministres est un signe évident. Le discours de Rodez du Président Macron s’apparente à un chantage inacceptable envers les fonctionnaires ( voir le décryptage par le Snes ici).Les tergiversations auxquelles les uns et les autres s’adonnent, les écrans de fumée qui sont jetés n’ont qu’une explication: les municipales qui s’annoncent. Le gouvernement pressent les résistances fortes auxquelles il va ici s’exposer! Et pour cause !! Nos statuts, notre contrat social sont ici violemment menacés. Le principe de solidarité est prêt de voler en éclats et les officines privées voit l’horizon se dégager. Cette réforme est purement idéologique : pour ce gouvernement, la retraite et les retraités pèsent sur la société là où les études montrent que leurs « contributions » au pacte social sont nombreuses !

Retraite par points, retraite en moins !

Un régime de retraites individuel par points organiserait la baisse du niveau des pensions- entre 300 et 800 euros selon les cas – et contraindrait les personnels à reculer l’âge de leur départ à la retraite. Le plafonnement à 14% du PIB du financement des retraites alors que le nombre de retraités doit fortement augmenter dans les prochaines années en est la clé de voûte. Et l’harmonisation des régimes créerait de nouvelles inégalités, particulièrement dans la Fonction publique en mettant fin au calcul des pensions sur les 6 derniers mois, et en intégrant les indemnités et primes, dont on sait qu’elles sont très inégalement réparties dans la Fonction Publique et faibles à l’Education Nationale.

Ce nouveau calcul sur toute la carrière implique de travailler longtemps pour gagner moins à 64 ans (la promesse d’un taux de remplacement élevé n’est pas valable pour tous !) et celui qui ferait le choix de faire valoir ses droits à la retraite dès 62 ans – puisque l’âge de la retraite n’a pas été modifié – subirait une décote de 5% par année non effectuée jusqu’à l’âge dit d’équilibre (actuellement décidée à 64 ans) ; ce qui revient à punir de manière infantilisante les collègues qui gagnent le moins ou qui fatigueraient le plus pour diverses raisons, ceux qui auraient rencontré des accidents de parcours, pris des temps partiels etc.

Les enfants ne compteraient plus en trimestres gagnés puisque la notion de trimestre n’existe plus mais permettraient au conjoint choisi de bénéficier d’une prime de 5 % s’il part à l’âge d’équilibre. En cas de divorce, rien n’est prévu.

Se mobiliser maintenant et nombreux !
 Le 5 décembre, il nous faut répondre présent à l'appel des organisations syndicales !
Il n'est plus temps de déléguer le soin de défendre nos droits ! (horaires et lieux de manifestations à venir)

 

Campagne d’information : le Snes-Fsu à vos côtés !

Il est urgent de se réunir dans les établissements, d’organiser des heures d’information syndicale à ce sujet. Des militants des S2 peuvent venir vous épauler ( les prévenir suffisamment en amont en cette période de stages)

Les sections départementales vous proposent une réunion d’information ouverte à tous nos syndiqués, sympathisants :

  • le mercredi 13 novembre à partir de 15h, à la maison syndicale, 10 rue Chicoutimi à Angoulême

  • le mardi 19 novembre à partir de 18h, Réunion Publique organisée par la FSU à la maison syndicale, 10 rue Chicoutimi à Angoulême

  • Réunion publique le 12 novembre à 18h Forum des marais, Rochefort

 

Pour vous aider, vous trouverez ici, en suivant les liens, divers articles :

print