Rendez-vous de carrière au titre de l’année 2019-2020 : des observations à formuler ?

Les comptes rendus d’évaluation ont été signifiés aux personnels concernés et par la plateforme dédiée, en date du 22 décembre.

Chacune, chacun peut formuler des observations sur ce compte rendu, qui reprend les items et les appréciations littérales des évaluateurs primaires ( IPR et chef d’établissement).

Si vous souhaitez porter des observations, vous avez jusqu’au 5 ou 6 janvier ( à vérifier sur le mail reçu) pour le faire.

N’hésitez pas à faire appel aux élu.e.s SNES-FSU pour vous accompagner dans cette démarche, qui doit être distinguée des recours prévus par les textes règlementaires.

Le recours en effet est très encadré et porte sur l’évaluation de la valeur professionnelle telle qu’elle sera formulée à la suite par la rectrice ou le ministre, selon les situations.

Mutations inter : La saisie des vœux était possible jusqu’au Mardi 8 décembre 12h

Confirmation de demande : dès le 9 décembre, chaque candidat à mutation recevra sur l’adresse  mail qu’il a renseignée sur SIAM la confirmation de demande. Il faut bien la vérifier, la signer, la corriger en rouge le cas échéant (si par ex vous n’avez pas réussi à saisir les 10 points de bonification stagiaire, si votre ancienneté de poste n’est pas la bonne….).

Cette confirmation sera à remettre avec toutes les pièces justificatives au secrétariat de votre établissement. En tout état de cause, tout doit être arrivé aux services du rectorat avant mercredi 16 décembre (le 14 déc pour les postes SPEN). Délai de rigueur.

Fiche syndicale : si vous ne l’avez pas encore fait, merci de la remplir et de nous la faire parvenir avec la copie de vos vœux et des pièces justificatives.

Fiche-Mouv-inter-2021

Vérification du barème retenu : Les services vérifieront alors votre demande et calculeront vos barèmes qui seront affichés sur Iprof à partir du 14 janvier 2021. Les candidats auront jusqu’au 28 janvier pour demander une correction de leur barème si nécessaire. Nous joindre impérativement à s3poi@snes.edu

Résultats : premiers jours de Mars et début de la phase intra académique du mouvement.

 Congé Formation, détachement, reconversion disciplinaire :

Les circulaires sont disponibles sur l’intranet. Les candidatures doivent être déposées avant le vendredi 18 décembre. Voir modalités spécifiques à chaque opération. En cas de difficulté, n’hésitez pas à nous joindre à s3poi@snes.edu

Dialogue social ou dialogue de sourds ? Bilan du GT mobilité du mercredi 18 octobre 2020 :

On ne le répètera jamais assez : la loi de transformation de la fonction publique a porté un coup rude aux garanties collectives, au système de vérification des opérations de carrière menées par l’administration, en supprimant les CAPA (il  ne reste que les CAPA de recours ou disciplinaires), en supprimant même les CHSCT dont la légitimité n’est plus à prouver, en ces temps de pandémie. Le dialogue social a été littéralement torpillé quoi qu’en disent les représentants de l’administration ; dans notre académie, davantage encore qu’ailleurs sans doute, puisque les services n’ont jamais daigné répondre à nos sollicitations, y compris autour de situations de santé. Il faut savoir d’ailleurs que les recours prévus aujourd’hui par la loi, n’ont pas tous été traités. Et l’on voudrait que nous accordions confiance à un système si sourd et opaque ??

Nous étions présents dernièrement au GT bilan de la mobilité, GT rendu obligatoire par les lignes directrices de gestion, en l’absence de CAPA. Force est de constater que le bilan n’est pas bon et le secrétaire général lui même a admis que, sur quelques points, l’académie avait une marge significative de progrès à réaliser, qu’il s’agisse de communication, qu’il s’agisse aussi d’améliorations de résultats, très inférieures en nombre aux améliorations observées les années antérieures quand rectorat et commissaires paritaires faisaient des « chaines à la main ». Un mea culpa un peu tardif, sans réconfort pour les collègues qui, du fait d’une erreur de l’administration peut-être, du fait de la raréfaction des postes disponibles, du fait de la multiplication des mesures de cartes scolaires auront subi une réaffectation à cent kilomètres de chez eux et davantage parfois, qui auront « loupé » le poste en lycée qu’ils attendaient depuis longtemps et ne se représentera pas d’ici tôt, qui auront « grillé » leurs points patiemment accumulés dans une autre académie pour finalement ne « décrocher » qu’une ZR…Nous l’avions craint ; nous l’avons vérifié: le droit à mutation des collègues a été bien entamé cette année et la confiance dans l’institution, sévèrement écornée. Unanimement les organisations syndicales présentes ont demandé le retour des GT qui permettaient, dans le respect des règles collectives, de travailler à un mouvement plus humain, plus efficace et plus juste.

Bien sûr les tableaux et chiffres fournis auraient pu nous tromper ; de même l’argument trop souvent invoqué d’une situation exceptionnelle liée à l’arrivée tardive des stagiaires. Mais férus de règles de mouvement et forts de notre expérience, nous ne nous sommes  pas laissés duper ! Nous avons dénoncé le traitement tardif des recours, des demandes de révisions, la confusion qui a régné sur le périmètre de chacune de ces dispositions en demandant une clarification de la circulaire 2021. Nous avons dénoncé l’affectation tardive et parfois incompréhensible des collègues TZR, la dégradation évidente de leurs conditions de travail.

En ce qui concerne les postes spécifiques, que la rectrice entend développer d’ailleurs, nous avons demandé des informations supplémentaires sur le nombre de candidatures pour chaque poste ainsi que tous les éléments susceptibles de venir éclairer le pourvoi de postes hors barème.

Si on considère le nombre de demandes de révision d’affectation, leur nombre a explosé, qu’il s’agisse de l’intra ou des TZR. Beaucoup de ces demandes n’ont pas abouti : 46 sur 122 pour l’intra ; 40 sur 91 pour les TZR. 83 recours ont été formulés dont une très infime partie (3 seulement liés à une erreur de l’administration) a donné lieu à un correctif, trop tardif et du coup mal compris des collègues concernés. La gestion de ces recours, prévus par la loi, a été pour le moins calamiteuse.

506 postes définitifs ont été offerts au mouvement pour un nombre de participants de 1635, nombre conséquent mais en baisse significative cette année encore. 619 TZR ont participé au mouvement mais seulement 71 parmi eux ont obtenu une nouvelle affectation. Enfin ce qui frappe dans les données chiffrées qui nous ont été fournies, c’est le nombre chaque année plus important de collègues contractuels affectés (570 cette année, 430 en 2018) alors que les services reconnaissent eux mêmes la difficulté à recruter dans certaines disciplines. Les services disent être en contact permanent avec les deux universités et même participer au salon de l’emploi public pour essayer de recruter. La suppression de postes aux concours de recrutement pour la session 2021 annonce encore une précarisation galopante de nos métiers !

Ce bilan, incomplet à bien des égards, a montré que les services n’étaient pas prêts à assumer les tâches que le Ministère leur a imposées. N’oublions jamais que les suppressions d’emplois publics frappent aussi les personnels administratifs ! Ce bilan montre surtout que le travail qui était jusqu’ici mené en concertation avec les représentants des personnels garantissait la compréhension et la transparence des opérations de mobilité, fondait la confiance que chacun pouvait avoir dans les affectations, dans l’intérêt de chacun, de tous,  des élèves y compris. Ce bilan montre surtout que la règle collective n’est plus un principe de notre administration. D’ailleurs, dans un des derniers CTA, la rectrice a suscité la fureur des représentants FSU-CGT Educ’action : elle entendait en effet nous inviter à travailler avec elle à une feuille de route de Ressources humaines. Seulement, les préalables qui sont les siens participent tous de l’individualisation de la carrière, de l’adaptation du poste et du profil ! Des préalables à rebours des valeurs et principes que nous défendons et qui ne manqueraient pas de susciter toutes  les formes de clientélisme.

 Des GT en veux tu, en voilà…

Actuellement, nous sommes en effet appelés à participer à toute une série de groupes de travail, les uns qui consistent surtout à réajuster les lignes directrices de gestion en matière de mutation, les autres qui ont vocation à décliner ces lignes au niveau académique pour tout ce qui concerne les carrières, soit la promotion d’échelon, à la hors classe, à la classe exceptionnelle et à l’échelon spécial.

Combien de fois vos élu.e.s sont intervenu.e.s en capa pour faire corriger un avis erroné ou trop sévère, pour rappeler l’urgence à promouvoir des femmes dans un souci d’égalité, pour réintégrer une candidature au vivier 1 de la classe exceptionnelle ? Nous ne le pourrons plus désormais puisque ces CAPA disparaissent à leur tour… Ne restera que la voie du recours.

Il importera donc, à chaque collègue concerné, de suivre avec soin sa carrière, les avis portés sur sa candidature, avec le soutien des commissaires paritaires. C’est la raison pour laquelle d’ailleurs le SNES académique entend organiser prochainement un stage « Rendez-vous de carrière/promotions/carrières » pour que chacune et chacun soit bien au fait de ses droits (information à venir).

print