Manif du 14 juin : ce que j’ai vu… un collègue témoigne

2017-09-28T10:51:51+00:00 15 juin 2016|Mots-clés : |

J’étais hier à la manif parisienne. De retour, content (et un peu fatigué) après une très belle journée, je prends connaissance de la couverture médiatique de l’évènement (Le Monde, Libé, France Inter…) et devant une telle partialité et une telle incomplétude (pour être gentil), j’avoue que je suis un peu en colère et je me dis : j’y étais (contrairement manifestement aux journalistes qui en ont parlé) et je suis donc légitime pour raconter. Et si chaque personne qui y était raconte, ça fera un certain nombre de personnes (mieux) informées. Donc :

  • d’abord c’était énorme. Jamais vu un truc pareil sauf la grande manif parisienne des retraites en 2002 : on a doublé des dizaines et des dizaines de bus pleins avant d’arriver porte d’Italie, on est sortis des bus sur le périph, entièrement bloqué. Les boulevards pour arriver porte d’Italie, pt de départ de la manif, étaient pleins à craquer sur toute leur largeur pendant des heures de gens rejoignant la manif (on s’est arrêté manger pour regarder). Et puis la manif était hyper dense, on est restés bloqués à plusieurs reprises, et les derniers sont partis 3 heures après le début de la manif.
  • ensuite, c’était bon enfant : pas vu l’ombre d’un casseur en arpentant la manif de long en large et en travers pendant 6 heures de temps. Par contre, fanfares, batucadas, camions décorés, un nombre considérable d’entreprises représentées, des stands, des discussions, des banderoles, unitaires, départementales, etc. Toutes choses vues nulle part dans les principaux médias. Et le tout au milieu d’un flot ininterrompu de manifestants clairement contents d’être là. Et d’ambiance tendue.. pas vu !
  • autre chose : c’était intersyndical : démonstration de force de la CGT c’est sûr, mais FO et Solidaires très présents aussi, ainsi que plein d’autres syndicats (même la FSU !) et collectifs, étudiants, lycéens, plus minoritaires. Donc j’ai pas vu la méchante CGT bloqueuse toute seule contre le gouvernement.
  • sinon les casseurs : c’est sûr il y a eu de la casse : des groupes étaient en avant de la manif et ont cassé des vitrines de tout ce qui est mac do, banques, et panneaux publicitaires des abribus. Ils ont aussi cassé des vitres de l’hopital Necker (on ne parle que de ça) et un bus CGT (tiens, on n’en parle pas). Il y a eu aussi des affrontements avec la police… Ce qui est étonnant en fait, c’est que la police ait laissé faire, parce qu’ils étaient en nombre (c’est le moins qu’on puisse dire : eux on les a vus) et semblaient en mesure d’empêcher tout ça. Mais des témoignages de CRS dans les semaines passées indiquent que la hiérarchie policière leur demandait de laisser les “casseurs” dans les manifs, bon moyen semble-t-il de discréditer l’ensemble des manifestants. A ce sujet, je mets l’article du JDD (qui n’est pas un journal gauchiste aux mains de la CGT !) :

Un CRS témoigne : “J’ai l’impression d’être devenu un pion politique” – leJDD.fr

José.

 

print